Frédéric Ferrer

Les déterritorialisations du vecteur cartographie N°3

Le moustique-tigre, les aires d’autoroute, la dengue et le chikungunya (contribution à une géographie des épidémies)

  • terminé
  • Théâtre
France

Espace Gérard Philipe - Feignies

 

€ 9 / 12

Durée : 1h

Passeport : 100

Le vecteur c’est le moustique-tigre. On appelle « tigre » ce petit moustique, parce qu’il est rayé comme un tigre, et c’est un vecteur parce qu’il transmet des virus. Celui de la dengue. Mais aussi celui du chikungunya. Alors les hommes ne l’aiment pas beaucoup. C’est pour cela qu’ils veulent le tuer partout où il se trouve. Mais c’est très compliqué, parce que justement, aujourd’hui, ce petit moustique se trouve partout. Parce qu’il se déterritorialise tout le temps. Parce que lui, justement, il aime les hommes. Alors il les suit partout. Le moustique-tigre s’installe à l’endroit où l’homme le cherche. 

Les déterritorialisations du vecteur raconte une histoire d’amour impossible. Avec cette cartographie, Frédéric Ferrer nous emporte dans une épopée improbable entre Asie et Méditerranée, pneus, maladies, aires d’autoroutes et insecticides. 

Conception Frédéric Ferrer | Photographe autoroute, assistante effets visuels Claire Gras | Production Vertical Détour – Domaine d’O, domaine départemental d’arts et de culture (Montpellier) | Partenaires l’Entente Interdépartementale de démoustication (EID Méditerranée), l’institut de recherche sur le développement (IRD Montpellier), l’Observatoire de l’Espace - le laboratoire Arts-Sciences du CNES dans le cadre de son programme | Création et imaginaire spatial, la Région Ile-de-France, l’Institut Français - Ministère des Affaires Étrangères et Européennes | Résidence à l’EPS de Ville-Evrard.