Soutien à la création

Le campement d’artistes

 Lire l'interview

de Géraud Didier, directeur du Manège

Pourquoi avoir choisi Romeo Castelluci et Luk Perceval comme parrains ?

Ils en sont l’inspiration et, pour ainsi dire, ils en parrainent la démarche : Romeo Castellucci et Luk Perceval sont les deux artistes inscrits au cœur de la maison Manège, dont les recherches de radicalité accompagnent l’obsession pionnière de la scène nationale.

C’est quoi, le campement d’artistes ?

C’est tout ce qui permet au Manège d’être au plus près des artistes pour les accompagner, en soutien et en partage, sur les raisons d’être de leur projet. Souvent, les artistes ne savent pas où répéter, ils ont besoin de théâtres disponibles et ouverts, de temps de travail avec une équipe technique, et ici ils ont un environnement privilégié. Ils peuvent finaliser une production, faire quelques réglages, et ont neuf ou dix plateaux à disposition, entre le Manège, la Luna, l’Atelier Renaisssance, la salle Sthrau, la Gare numérique, l’espace culturel André Malraux…

Créer un état d’esprit pour que les gens se rencontrent.

La semaine dernière [cet entretien a été réalisé en juin 2021, NDLR], il y avait ici 66 personnes. On sait gérer de la multi-résidence et de la co-activité, créer un état d’esprit pour que les gens se rencontrent. On peut coproduire, faire de l’apport en industrie, financer des productions en totalité sous forme de productions déléguées.

C’est une vision qui dépasse la « simple » résidence d’artiste ?

Cette approche a doublé les recettes propres (la vente de ces spectacles représente autant que la totalité des recettes de la saison) et crée de l’emploi artistique et technique. La culture, c’est aussi une économie du travail. Pour cela, on a besoin d’un écosystème. Pour des dates courtes, on travaille avec des hôteliers, mais une résidence, c’est en moyenne 15 personnes, 100 fois par an, soit 1500 nuitées. L’hôtel, c’est beaucoup d’argent et donc des spec- tacles en moins. Aujourd’hui, avec la maison à côté des bureaux et l’appartement au fond du jardin, on a déjà neuf chambres. Entre les deux, les Cantuaines vont être transformées pour accueillir onze logements.

La culture, c’est aussi une économie du travail. Pour cela, on a besoin d’un écosystème.

Ainsi, on ne fragilise pas la saison et on devient de plus en plus fort pour accompagner les artistes. Cette organisation bâtimentaire, où les bureaux, le jardin et les logements sont reliés, crée un écosystème exceptionnel que les artistes adorent. D’ores et déjà, c’est un espace de croisement des énergies où naissent des projets qui alimentent la saison et le festival iTAK. 1+1 font rarement 2, mais plutôt 3, 4, 5 !

L’esthétique que défend Le Manège ?

Une esthétique de l’offensive amoureuse. De la conquête. Ce qui vous attaque c’est ce qui vous fait bouger, pas nécessairement ce qui vous agresse ou vous fait offense. L’enjeu est bel et bien de mettre au travail et le corps et l’esprit, de faire tomber certaines limites, en déplacer d’autres. Ce n’est pas une guerre, pas une chasse à courre, c’est l’entreprise de possiblement persuader l’autre de vivre autrement.

Une esthétique de l’offensive amoureuse. De la conquête.

Entretien réalisé par Sylvia Dubost.

Bureaux et logements, site des Cantuaines

Coproductions & résidences

Saison 22-23

Red - Holy War, Luk Perceval

Spectacles coproduits

Les Antipodes, TG Stan | Stevensongs, Fergessen et Nora Granovsky | Paléolithique story, Mathieu Bauer | Des châteaux qui brûlent, Anne-Laure Liégeois | Le Chagrin des Belges - Black, Yellow and Red de Luk Perceval | Shahada, François Cervantés et Fida Mohissen | L’Horizon des événements, Frédéric Sonntag | PIGS, Raquel Silva | Je crois que dehors c’est le printemps, Gaïa Saitta | La vie est une fête, Les Chiens de Navarre | Deep River, Alonzo King | This is not, Aina Alegre | L’Espoir, Orly | Stevensongs, Fergessen et Nora Granovsky

Artistes en résidence

Mina Kavani (Iran), Sofiane Chalal, tg Stan (Belgique), Mathieu Bauer, Elena Doratiotto et Benoît Piret (Belgique), Robert Cantarella (Suisse), Olivier Martin-Salvan, Cie Dérézo.

Plateau, Manège Maubeuge

Saison 21-22

 Coproductions

Aucune idée de Christoph Marthaler
Théâtre | La toute nouvelle œuvre désopilante et touchante du grand metteur en scène européen Christoph Marthaler, lui-même grand maître du théâtre musical.

Yellow & Red de Luk Perceval
Théâtre | Une exploration en forme de plongée radicale dans les méandres de l’histoire de la Belgique, de la collaboration au terrorisme, par l’un des grands noms du théâtre contemporain.

Ubu Cabaret de Jean Lambert-wild & Lorenzo Malaguerra
Cirque cabaret | Une version jubilatoire et décalée d’Ubu roi d’Alfred Jarry, aux mains d’une extraordinaire bande de drag-queens, confiée aux bons soins du facétieux metteur en scène et clown blanc Jean Lambert-wild.

Métagore Majeure de Pauline Desmarets et Olivia Smets
Performance | Une expérience immersive in situ, à mi-chemin entre le rappeur Booba et Marie-Antoinette (version Coppola), âmes sensibles, courez-y !

Stevensongs de Fergessen & Nora Granovsky
Texte & musique | Un voyage entre les mots et les sons avec comme guide initiatique le grand écrivain Robert-Louis Stevenson, l’auteur de L’île au trésor, et un duo Nora Granovsky et le groupe Fergessen.

 Résidences