Keren Ann Bleue (France)

L’autrice-compositrice-interprète nomade chante en français une pop intimiste matinée de mélancolie.

Keren Ann chante que le bleu, c’est la couleur de l’amour qui nage, qui déborde et qui coule, de la douceur, de la douleur et de la tristesse, évidemment, mais aussi de la quiétude. Keren Ann dit qu’au féminin, elle révèle d’autres teintes : son dernier album Bleue raconte ainsi le corps meurtri, le recommencement perpétuel et la sensualité. On y entre comme dans une chambre, bercés par les confidences de la chanteuse et par l’orchestration d’une précision redoutable. La première partie du disque, plus ronde et ouatée, ruissèle jusqu’à Ton île prison où le chant se fait alors plus anguleux et le son électrique – et ce duo avec l’immense David Byrne ! Keren Ann a poncé avec précision tous les recoins de ce disque. Sans jamais courir. Keren Ann, l’éloge blues de la lenteur.