The Puppet-show man #2 Yeung Faï | Recréation 2023

The Puppet-show man #2

Marionnette Jeune public & tout public - 50min

Les incroyables scènes de marionnettes chinoises de Yeung Faï reviennent pour nous emmener dans un monde où l’éblouissante dextérité du marionnettiste s’accompagne de légèreté, d’humour, de fantaisie, d’humanité. Pour cette reprise, le musicien Jan Vanek rejoint l’aventure sur scène !

Recréation 2023
Conception et interprétation Yeung Faï Musique live Jan Vanek
Production déléguée Manège Maubeuge

Dates de tournée

Saison 22-23

Résidence de création :
Du 6 au 10 février 2023
Scènes Vosges, Epinal (88)
Du 17 au 21 avril 2023
Le Manège, Maubeuge (59)

24, 25 et 26 avril 2023
Theater Olympics Festival, Pecs, Veszprem et Kaposvar (Hongrie)

Mai 2023
International Figuren Theater Festival (Allemagne)

 Production & distribution

Le tigre dévore le moine débonnaire, les étudiants s’affrontent dans un combat de lances et d’épées spectaculaire, les assiettes virevoltent et jamais ne se brisent, les couples se font et se défont…. Les incroyables et multiples scènes de marionnettes chinoises se succèdent et nous font basculer dans un monde où l’éblouissante dextérité du marionnettiste Yeung Faï s’accompagne de légèreté et de fantaisie.

Spectacle tout terrain et à géométrie variable, ces « scènes de marionnettes », sont imaginées pour tous les publics et pour toutes les situations. De la place publique aux terrasses de bistrot, des hôpitaux aux salons, de la scène de théâtre aux salles de classes. Marionnettiste ambulant, il propose ce que l’histoire lui a légué, une éclatante leçon d’humour et d’humanité.

Distribution Conception et jeu Yeung Faï Musique live Jan Vanek

Production Production déléguée Manège Maubeuge - scène nationale

 En savoir plus sur Yeung Faï

Maître de la marionnette chinoise à gaine, Yeung Faï se sert des contes pour raconter l’histoire, avec un grand et un petit h. Après The Puppet-show man, le revoilà en rossignol face à l’Empereur de Chine. Simplement inclassable !

Je suis né dans un théâtre.

« Je suis né dans un théâtre », raconte Yeung Faï. C’était en 1964, à Zhangzhou, au sud de la Chine, en face de Taïwan. Son père est un maître de marionnettes, héritier d’une longue dynastie. Un art qui lui vaut l’admiration mais précipitera sa chute. En 1968, Yeung Sheng est accusé d’être une « autorité académique réactionnaire » et un « membre de la bande noire », interné dans un camp de travail où il meurt en 1970. Un traumatisme pour le jeune Faï, de toute évidence.

Toute son œuvre en porte les traces, plus ou moins évidentes, pour qui sait y prêter attention. « Les marionnettes ont été brûlées, se souvient-il. Avec mon frère, qui a quinze ans de plus que moi, nous n’avons pu en sauver que quatre ou cinq.  » C’est son frère qui, formé par leur père, l’initiera désormais à l’art de la marionnette. Faï sculptera sa première poupée à l’âge de 6 ans et en fait son métier dès l’âge de 14 ans. Depuis le début des années 2000, c’est en France qu’il en créé la plupart de ses spectacles. En 2004, on le voit ainsi dans La neige au milieu de l’été de Guân Hanging, très beau poème chinois adapté par Grégoire Callies, directeur du Théâtre Jeune Public de Strasbourg, et qui met en scène une vingtaine de marionnettes dont il supervise la fabrication.

Le public est frappé par sa virtuosité, touché par la finesse, avec laquelle il raconte des histoires simples, des histoires du quotidien, et revisite la sienne pour que le monde n’oublie jamais. « Ce n’est pas un travail pour moi, c’est ma vie. Chaque fois que j’ai envie de parler, je le fais par la création. »