Silent Disco Gurshad Shaheman (France / Belgique)

Comment se construire lorsqu’on est coupé de ses racines ? Des récits intimes par des acteurs non professionnels.

Une proposition du Manège Maubeuge, dans le cadre du Cabaret de curiosités proposé par le phénix, scène nationale - pôle européen de création Valenciennes.

À l’origine de mes projets, il y a toujours la réalité. Pas la réalité comme une entité autonome et immuable, mais plutôt comme une lecture subjective du monde.

Gurshad Shaheman, artiste associé, conte sur scène des histoires d’exil et d’amour avec et par ceux qui les ont vécues. Il y eut d’abord la sienne, exilé iranien en France depuis l’adolescence, avec la performance Pourama Pourama, puis celles d’artistes membres de la communauté LGBT du Maghreb et du Moyen-Orient dans Il pourra toujours dire que c’est pour l’amour du prophète, celles de sa mère et de ses deux tantes dans Les Forteresses (présenté au Manège cette saison). Pour Silent Disco, il fait monter sur scène neuf jeunes filles et garçons, âgés de 17 à 26 ans. En rupture avec leur famille, ils doivent faire face à l’abandon, à la solitude, au désamour. Et c’est avec la famille qu’ils se sont choisie qu’ils traversent ce moment-charnière entre l’adolescence et l’âge adulte, où l’intériorité est à la fois en crise et en sur-affirmation. Comme dans toute son œuvre, Gurshad Shaheman donne la parole à des survivants. Non pas pour les présenter comme des héros, ni sombrer dans le pathos, mais pour montrer, avec une fine maîtrise de l’art de la distance, que l’amour et le goût de la vie peuvent aussi triompher.